Shadow Warrior 3 : le Deadpool du First Person Shooter ?

Remake d’un FPS post-Duke Nukem 3D, le Shadow Warrior de 2013 s’était distingué par son gameplay inventif, tirant parti des armes très diverses (du katana à l’uzi) de son héros. Sorti en 2016, Shadow Warrior 2 optimisait la formule grâce à un excellent mode co-op à 4 joueurs et un moteur graphique amélioré. Toujours développé par les polonais de Flying Wild Hog, Shadow Warrior 3 promet un spectacle plus grotesque que jamais, versant cette fois-ci dans une auto-parodie méta tout droit héritée de Deadpool.

Le trailer ci-dessus aurait clairement pu être écrit pour Ryan Reynolds, le héros clignant de l’oeil au spectateur avec la même insistance et la même gouaille que la star canadienne. Si l’influence de Deadpool est tenace, la réalisation reste très dynamique et les gags horrifiques sont percutants – c’est le moins que l’on puisse attendre de la série, après tout.

« Nous sommes ravis d’offrir aux fans de Shadow Warrior une expérience complètement nouvelle » annonce le directeur du jeu Kuba Opoń dans un communiqué de presse, « et nous avons hâte de montrer les nouvelles fonctionnalités que nous leur réservons. Nous voulons offrir un shooter barré et ultra rythmé, d’une netteté incroyable avec des combats de mêlée, et des mouvements libres spectaculaires. Notre but est de faire monter l’adrénaline. Mais nous n’oublions pas les racines de Flying Wild Hog et nous espérons que Shadow Warrior 3 sera aussi  un retour aux sources pour les fans qui nous suivent depuis le début. Nous avons hâte de dévoiler Lo Wang aux fans, notre héros roublard à la langue bien pendue ! Dans Shadow Warrior 3, il fera face à une menace bien trop grande pour lui. »

La sortie de Shadow Warrior 3 n’étant prévue qu’à l’horizon 2021, l’éditeur Devolver et le site américain IGN viennent de publier près de vingt minutes de gameplay, capturées sur PC en 1080p à 60 images par seconde. L’occasion d’admirer la photographie et le production design très soignés du jeu, et d’évaluer un gameplay alternant sans cesse combats à l’arme blanche, gunfights effrénés (l’animation des mains a visiblement fait l’objet d’un soin maniaque) et phases de plates-formes virtuoses. L’épisode de 2013 ayant beaucoup inspiré le reboot de Doom en la matière, il est assez savoureux de voir l’équipe de Flying Wild Hog reprendre ici certaines idées de Doom Eternal, à l’évidence son principal rival…

Crédits : Devolver

%d blogueurs aiment cette page :