Battletoads : Notre Test sur PC et Xbox One

Vingt-neuf ans après la sortie du Battletoads original sur NES, et vingt-sept ans après sa suite sur Super Nintendo, Rare ressuscite ses crapauds bagarreurs avec le soutien de Microsoft. Disponible sur PC, Xbox One et bientôt Xbox Series X/S, le nouveau Battletoads fait-il honneur aux glorieux beat’em up dont il s’inspire ?

La sortie récente de Streets of Rage 4 a secoué la communauté des rétro-gamers, en leur offrant une expérience à la fois fidèle à leurs souvenirs de joueurs, et un game design innovant, fruit d’une réflexion très poussée sur les fondements du genre. Battletoads arrive donc face à un sérieux rival, mais se distingue par son univers cartoonesque très coloré et irrévérencieux, et la possibilité fort bienvenue d’incarner les trois héros à la volée en mode solo, à l’aide d’une simple touche (les nostalgiques de The Lost Vikings apprécieront). Volontiers absurde, la palette de coups disponibles marque également des points précieux. Les crapauds de Rare ne se contentent pas de distribuer des petites claques innocentes : leurs poings et pieds prennent des proportions délirantes en fin de chaque combo, et certaines attaques consistent à foncer sur les ennemis sous forme d’un marteau-piqueur, ou à les frapper à l’aide d’un poisson géant. La maîtrise de la « langue » donne enfin aux affrontements un aspect stratégique supplémentaire, les crapauds pouvant s’en servir comme d’une liane ou comme un lasso selon la situation. Respectant la gestion de la profondeur de champ du jeu d’arcade de 1994 (les personnages grossissent en s’approchant de l’avant-plan), Battletoads regorge de détails hilarants et d’animations inattendues, qui accentuent encore le caractère ludique et jouissif des combats. Si les niveaux sont souvent un peu longs, pour ne pas dire étirés artificiellement, les développeurs réussissent leur pari en ce qui concerne leurs phases de beat’em up.

Seulement voilà, Battletoads est un jeu pluriel, ponctué de phases très distinctes, et c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Porté par un script hilarant et étonnamment fouillé, qui ironise de façon méta sur l’héritage (ou l’absence d’héritage) de la série dans l’histoire du jeu vidéo, Battletoads alterne entre des gags très efficaces (voir cette succession de QCM montrant les crapauds s’essayer à des emplois de bureau) et des épreuves beaucoup moins excitantes. Pour une phase de plate-forme et un niveau de shoot’em up relativement soignés, on devra ainsi endurer quelques courses d’obstacle interminables et frustrantes en vue de dos. Globalement très satisfaisant, Battletoads ne souffre pas trop de ces moments de flottement, l’enthousiasme de ses auteurs finissant par tout emporter sur son passage.

En bref : s’il est très inégal (les phases de courses auraient dû disparaître, et les niveaux sont pour la plupart étirés artificiellement), ce reboot tardif de Battletoads propose du beat’em up extrêmement solide, que ce soit d’un point de vue technique ou en termes de game design. Très drôle et servi par des graphismes 2D formidablement animés, le jeu bénéficie de surcroît d’un scénario beaucoup plus soigné que ce que l’on peut habituellement voir dans le genre. La durée de vie de 4 heures est honnête pour de l’arcade, mais est plombée par une replay value beaucoup plus faible que celle de Streets of Rage 4…

Notre Verdict : 7,5/10

Crédits : Microsoft

%d blogueurs aiment cette page :