LEGO Star Wars – La Saga Skywalker : Notre Test

Six ans après le stand-alone LEGO Le Réveil de la Force, TT Games revient en fanfare (c’est le cas de le dire) avec La Saga Skywalker, condensé des neufs films de la saga principale de La Guerre des Etoiles faisant totalement l’impasse sur les épisodes vidéoludiques qui ont précédé. S’éloignant de la plate-forme d’antan pour embrasser un game design plus proche d’un jeu d’action / aventure à la troisième personne, ce blockbuster tient presque toutes ses promesses.

LEGO Le Réveil de la Force constituait déjà une rupture par rapport aux trois premiers opus, adaptant respectivement la trilogie originale, la prélogie et la série Clone Wars. Le jeu regorgeait par exemple de phases de pilotage ambitieuses et comprenait quelques scènes de gunfight à couvert ressemblant à une version enfantine de Gears of War. On imagine que ces idées de gameplay ont longtemps germé au sein de l’équipe créative de TT Games, jusqu’à donner naissance à La Saga Skywalker. Divisé en neuf chapitres d’environ deux heures chacun (soit une durée de vie en ligne droite de dix-huit heures tout de même), ce nouveau jeu reprend les meilleurs éléments de LEGO Le Réveil de la Force et les approfondit autant que possible. Si les combos au corps-à-corps sont toujours de mise, la caméra placée à l’arrière du personnage que l’on incarne rend l’aventure beaucoup plus immersive que par le passé, et permet de mieux profiter des capacités de chaque classe de combattants. Les Jedi manient le sabre (lequel peut être projeté vers les adversaires) aussi bien que la Force, ce qui donne lieu à quelques puzzles annexes bienvenus. Les héros dotés d’armes à feu peuvent viser et tirer comme dans un Third Person Shooter classique, mais aussi se mettre à couvert. Les droïdes comme BB-8 sont de leur côté très pratiques pour explorer les vastes environnements à grande vitesse. Les décors regorgent par ailleurs de véhicules et de créatures pouvant être pilotés ou montés, histoire de varier les plaisirs.

Gameplay renouvelé

Avec cinq niveaux par film, la narration ne s’éternise pas autant que ce à quoi nous avaient habitués les précédents épisodes. Plus question ici de déambuler pendant des heures dans un niveau répétitif : La Saga Skywalker table sur un rythme rapide et une succession d’épreuves sans temps morts, entrecoupées de scènes cinématiques simplifiant les enjeux des longs-métrages et agrémentant le drame d’une poignée de gags absurdes dont TT Games a le secret. Cette fuite en avant permanente est aussi grisante que frustrante, et certaines péripéties se voient évacuées un peu trop rapidement (le niveau Tower-Defense de la bataille de Naboo dans La Menace Fantôme), quand elles ne sont pas réduites à un bref intermède non-jouable (la bataille des speeders sur Crait à la fin des Derniers Jedi). Certaines idées fugaces de gameplay auraient mérité d’être exploitées sur des stages entiers, mais on peut aussi y voir un excès de générosité de la part des game designers. Aspirant à renouveler en permanence l’intérêt du joueur, comme en témoigne cette course de podracers très convaincante, La Saga Skywalker regorge de morceaux de bravoure très maîtrisés (la bataille spatiale qui ouvre Les Derniers Jedi, les duels au sabre, en particulier dans la prélogie, l’attaque de l’Etoile Noire dans Episode IV et VI, la fuite de Hoth dans Episode V), et marque tout particulièrement des points en offrant des phases spatiales très largement inspirées du génial Star Wars Battlefront II.

Un zeste de RPG

Une fois les dix-huit heures de l’aventure principale bouclées, les joueurs sont invités à arpenter les nombreuses planètes issues des neuf films à la recherche de centaines de secrets en tous genres, permettant de débloquer des capacités spéciales (on a droit à un arbre de progression par classe de héros), des personnages supplémentaires (jusqu’à 300 au total), ou encore des véhicules et vaisseaux. Dans l’orbite des planètes, on pourra également se battre contre des vaisseaux de la Fédération, de l’Empire ou du Premier Ordre, ou farmer des ressources en détruisant des astéroïdes. Les « studs » constituent toujours le score principal du jeu, mais il faut également collecter des pièces de minikits et des briques Kyber disséminés aux quatre coins des niveaux. Des dizaines de PNJ permettent de se lancer dans des quêtes annexes très variées, donnant au jeu des allures de RPG à la Mass Effect. L’exploration est d’autant plus addictive que la réalisation est absolument somptueuse, en particulier sur un PC de pointe ou sur PS5 et Xbox Series. Les fameuses briques nordiques n’auront jamais semblé aussi réelles au format vidéoludique…

En bref : Bien plus qu’un jeu d’action pour enfants, La Saga Skywalker est un RPG light extrêmement généreux, doté d’une aventure solo gorgée d’idées de gameplay et de péripéties en tous genres. Donnant lieu à un écran splitté, le jeu à deux peut être frustrant dans certaines phases (en particulier les duels), mais il est difficile de bouder son plaisir face à la passion pour la saga affichée ici par TT Games.

Notre Verdict : 8/10

Crédits : Lucasfilm Games, Warner Bros. Games

%d blogueurs aiment cette page :